· 

QLFP Quand Les Femmes Parlent de leurs droits

Le 8 mars est officiellement la Journée Internationale Des Droits De La Femme. Cette année c'était aussi la deuxième session de QLFP, le groupe de parole pour les femmes que j'organise depuis début février et qui se tiendra tous les mois.

Le thème de la soirée étant tout choisi, il est temps de préparer l'animation. Après tout, ça ne doit pas être si dur...

OULALA ! Quel sujet VASTE et passionnant ! J'ai été vite prise de court par l'étendue de la tâche. Car comment résumer des milliers d'années en combats en un simple flyer ? J'ai tout de même relevé le défi et j'étais émerveillée de voir à quel point le sujet anime le coeur des participantes.

 

Le Flyer est disponible au téléchargement ici en format PDF :

Télécharger
qlfp droit des femmes PDF.pdf
Document Adobe Acrobat 423.8 KB

J'incite tout le monde à télécharger ce document qui est destiné à être imprimé en recto verso et plié en deux pour en faire un flyer A5, de le lire en famille, de le glisser dans une salle d'attente entre les magazines, de le mettre dans les cartables de nos enfants, de le filer aux copines et surtout d'en débattre.

 

Nous avons utilisé ce support pour entamer la conversation. Très vite chaque participante a apporté ses propres anecdotes et vécus. Le combat des droits des femmes ne date pas d'hier et n'est surement pas fini.

Nous avons d'abord été surprises et interloquées par les dates clés en France. Tous ces droits qui nous semblent "logiques" sont si proches qu'on ne peut imaginer quelle fut la vie de nos propres grands mères dans un monde où la capacité juridique des femmes mariées fut reconnue à peine en 1938.

 

"C'est incroyable", on n'a pas fini de le répéter tout au long de la soirée. L'actualité de février 2019 nous a fait hérisser tous nos poils en découvrant le scandale de La Ligue Du Lol et des dérives nationalistes en Hongrie (voir flyer). "Là maintenant en février ? Je croyais que c'était il y a quelques années...". Nous avons eues froid dans le dos en comprenant que les droits acquis sont bafoués et surtout jamais totalement acquis, même en Europe, même en France. 

 

" N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis ". Simone De Beauvoir

 

Cette citation rappelle amèrement que nous sommes actuellement dans les 3 situations à la fois, que ce soit au niveau de la France, l'Europe et le monde. Le combat pour les droits et la libération de toutes les femmes est plus que jamais un combat utile.

 

En parlant du reste du monde, nos coeurs furent mises à rude épreuve en découvrant tous les pays où il fait si mal de naître fille. Le tiers-monde bien sur, mais aussi les "grandes puissances" comme les États-Unis où le mariage des enfants est légal dans 25 sur les 50 États.

 

Et tout au long nous avons cité les grandes figures de ce combat, liste non-exhaustive et même trop réduite, car en réalité la liste est très longue. Qui sont toutes ces femmes dont on a jamais entendu parler à l'école ? Elles sont des guerrières et des survivantes, des regards infaillibles et des poignes d'acier. Encore aujourd'hui des figures se dévoilent pour rester graver dans l'histoire en espérant qu'elles soient dignement représentées dans les manuels scolaires un jour (proche de préférence). Oprah WINFREY première femme noire millionnaire, Malala YOUSAFZAI activiste Pakistanaise prix Nobel de la Paix, Meaza Ashenafi pionnière de la défense des droits des femmes en Éthiopie. Pour n'en citer que quelques unes.

 

Pendant ces 2h30 nous avons vécu un panel d'émotions très large. Indignation, colère, révolte, dégout, peur, et enfin l'espoir. Oui, l'espoir, car malgré toutes les atrocités qui ont nourri les anecdotes, nous avons été frappées par la chance ô combien belle que nous avons d'être nées femmes dans notre pays qui est la France, dans cette époque qui est le 21ème siècle. Nous avons des droits au regard de la loi. Quelle arme redoutable ! En prenant du recul on voit à quel point les combats ont pu éradiquer certaines traditions immondes comme les pieds bandés en Chine. Peut-être un jour l'excision (toujours pratiqué clandestinement en france...) sera de l'histoire ancienne. J'ai envie d'y croire. On voit également à quel point nos combats individuels pour retrouver notre pouvoir en tant que femme est accessible en France.

Il y a des lois qui interdisent le viol conjugal,

il y a des lois qui interdisent un homme de battre sa femme,

il y a des lois qui autorisent les femmes à parler

Ce n'est pas le cas en Arabie Saoudite où une femme n'a pas le droit de sortir de chez elle sans être accompagnée d'un homme... Encore aujourd'hui, oui.

L'espoir d'une vie meilleure est entre nos mains et nous y avons droit. Pour garder ces droits, qui peuvent nous être enlevés comme ça a été le cas en Iran en 1979 par exemple, nous devons continuer à faire entendre nos voix.

 

Quelles sont donc les mesures qui peuvent être mises en oeuvre pour améliorer et étendre les droits accordées au femmes (dans l'espoir qu'un jour cette différence hommes/femmes ne soit même plus une notion imaginable !) ? Dans la passion du débat je n'ai pas pris en note toutes les propositions et j'en suis peinée car beaucoup d'idées ont fusé (note pour moi-même : désigner une secrétaire qui prend des notes quand l'asso sera créée !). Néanmoins nous avons reconnu à plusieurs reprise les lacunes de l'éducation nationale en matière de représentation des femmes de l'histoire dans les manuels scolaires et les programmes. Dans notre groupe composé de tous âges, cultures et vécu géographique, nous avons constaté qu'aucune de nous a eu à lire un écrit de Marguerite Yourcenar en cours de Français. Pire, ma propre professeure de français de lycée a présenté Simone De Beauvoir comme une intello cocue mariée à Jean-Paul Sartre... Qui a entendu parler de Rosa Parks en cours d'histoire ? Quelle place pour le respect des uns et des autres en cours d'éducation sexuelle ou même éducation civique ? Beaucoup, beaucoup et beaucoup encore à faire pour éduquer nos filles et nos garçons à grandir dans un monde où nous sommes tous libres, égaux en droits et en valeur en tant qu'être humains. Battons nous, hommes et femmes pour que le mot féminisme soit un jour remplacé par "humanisme".

 

Bien à vous,

Santa.

 

La prochaine session aura lieu le

vendredi 5 avril 2019 à 20h

sur le thème "L'enfant à l'intérieur"

Toujours sur inscription (participation de 3 euros),

limité à 10 inscrites et réservé aux femmes ;-)

Rdv à l'accueil de la boutique Santa Gaia ou via le formulaire de contact cliquez ici.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0